Pour commencer à y voir plus clair, commençons par quelques définitions:

1/ La grande famille des architectes

1.1. Architecte DPLG

Créé en en 1914, le titre d'Architecte Diplômé Par Le Gouvernement (DPLG) devient obligatoire dès 1941 pour exercer le métier d'architecte.
A partir de 1977, chaque architecte a également l'obligation de s'inscrire à l'Ordre des Architectes, qui lui confère des droits et devoirs en prêtant serment.

Le diplôme DPLG était décerné jusqu'en 2007, à l'issue de 7 années d'études et d'une mise à l'épreuve (stage).

Ce titre permet d’exercer la maîtrise d’œuvre en nom propre, c’est-à-dire de mettre en œuvre un projet dans les conditions fixées par un cahier des charges. L’architecte peut alors endosser toutes les responsabilités quant à la réalisation d’un projet d’architecture de plus de 150 m² (nécessitant l'obtention d'un permis de construire), sous réserve d'être titulaire d'une assurance professionnelle de type « décennale » et « biennale » couvrant les dommages possibles.

1.2. Architecte DE

Depuis 2007, le Diplôme d’Etat (DE) remplace le diplôme DPLG.
Ce changement n’est pas rétroactif : il n’y aura plus de nouveaux architectes DPLG à compter de 2007 mais ceux qui l'était ... le reste !

5 années d'études supérieures au sein d'une école d'architecture (ENSA, INSA ou ESA) sont désormais nécessaires pour obtenir le Diplôme d’État d’Architecte. Celui-ci permet d'exercer le métier d'architecte au sein d'une agence ou en tant que fonctionnaire, mais ne permet pas de réaliser de la maîtrise d'oeuvre (contrairement à un architecte DPLG).
L'architecte DE ne peut pas non plus s'inscrire à l'Ordre des Architectes.

1.3. Et les architectes DE-HMONP alors ?

Pour exercer la maîtrise d’œuvre et être inscrits à l'Ordre des Architectes, les architectes DE doivent obtenir une licence d'exercice appelée Habilitation à l'exercice de la Maîtrise d'Œuvre en son Nom Propre (HMONP).

Cette habilitation (au même titre qu'un architecte DPLG) leur permet d'exercer en libéral ou au sein d'un cabinet d'architectes, après avoir prêté serment auprès de l'Ordre des Architectes.
Elle peut être obtenue de deux manières :

  • soit à l'issue d'une mise en situation professionnelle de 6 mois et 150 heures de cours en alternance dans une école d'architecture
  • soit dans le cadre d'une VAE (Validation des Acquis de l'Expérience), après avoir cumulé 3 ans d'expérience en agence d'architecture.

Comme l'architecte DPLG, l'architecte DE-HMONP doit obligatoirement souscrire une assurance décennale et biennale pour garantir la réparation d'éventuels dommages constatés après la réception des chantiers engageant sa responsabilité.


La France compte environ 30 000 architectes inscrits au tableau de l'ordre (dont 25% de femmes) qui peuvent être DPLG ou DE

Plus d'infos sur nos articles dédiés:

Ou sur le site de l'Ordre des architectes ICI

2/ Les Bureaux d'Etudes Techniques (ou BET)

L’architecte, le super-héros de la construction ? S’il est en mesure de concevoir un projet architectural de A à Z et que ses compétences, notamment en matière technique, sont nombreuses, dans certains cas, l’architecte, dans le cadre d’une rénovation ou d’une construction, a besoin de s’appuyer sur les connaissances de spécialistes : les bureaux d’études techniques.

Les BET sont composés de professionnels (souvent des ingénieurs) reconnus dans leur domaine et peuvent être spécialisés dans de multiples secteurs. Dans le cadre d’un projet architectural, on aura surtout recours à ces 3 bureaux d’études du bâtiment :

  • Bureau d’études structure : il réalise les calculs et le dimensionnement des différents éléments de la structure du bâtiment, comme les poutres ou la charpente. C'est le BET le plus sollicité lors de rénovations, notamment lorsqu'il s'agit de modifier la structure de l'habitation.
  • Bureau d’études fluide : raccords aux réseaux d’eau, problématiques d’hygrométrie, mais aussi chauffage et ventilation.
  • Bureau d’études acoustique : insonorisation, il est capable d’apporter des solutions techniques parfois pointues (par exemple, dans le cadre de la conception d’une salle de spectacle).

Plus de renseignements ICI.

Et sur le site de la CINOV ICI.

3/ Les Maîtres d'Oeuvre

La maîtrise d'oeuvre des travaux, peut être réalisée par l'Architecte, mais pas uniquement ! Le Maître d'oeuvre (MOE) a pour rôle de réaliser le projet de rénovation. Il va s'assurer que les délais, les coûts et que le cahier des charges soient respectés pas l'entreprise qui réalise les travaux. Sa prestation se découpe en deux grandes parties :

  • La phase d'Etudes : il définit le budget à prévoir en fonction des souhaits du maître d'ouvrage (le client). Ensuite il conçoit les plans d'exécution, c'est à dire les plans qui permettent la bonne réalisation des travaux. Si besoin, il peut faire la demande de permis de construire.
  • La phase de Travaux :  Il identifie la ou les entreprises qui réaliseront les travaux et assiste le client dans la sélection. Enfin, il coordonne les intervenants sélectionnés, gère et suit le chantier jusqu'à la réception.

Un chantier qui sera bien préparé vous assurera des nombreux problèmes en moins.

4/ Les Architectes d'intérieur

Professionnel de la rénovation, l'architecte d'intérieur conçoit et imagine l'aménagement intérieur d'une habitation ou d'un bâtiment pour répondre aux attentes des propriétaires en matière d'agencement et de décoration.

Le rôle premier de l’architecte d’intérieur est de créer ou transformer des espaces intérieurs. A l’écoute de vos envies et besoins, il vous apporte son expertise en matière de couleurs, éclairages, matériaux et volumes pour optimiser votre espace et proposer des solutions pratiques et esthétiques pour votre intérieur. 

Contrairement au métier d'architecte, la profession d'architecte d'intérieur n'est pas officiellement reconnue ni réglementée. Pour le moment, il est donc possible d'exercer en tant qu'architecte d'intérieur sans passer de diplôme spécifique.
Néanmoins, la profession se structure et la plupart des architectes d'intérieur sont aujourd'hui diplômés d'institutions reconnues par l'état.

Certains développent des compétences poussées (3D par exemple).

Attention: Pour être habilité à la maîtrise d’œuvre, l'architecte d'intérieur doit avoir souscrit une assurance décennale. Celle-ci lui permet notamment d'assurer le suivi du chantier et la coordination des différents corps de métiers.

4/ Décorateur

Design, brocante chic, zen ou ethnique... La "déco" est avant tout une affaire de goût. Expert en aménagement de l'espace, le décorateur d'intérieur ne manque pas d'astuces pour donner vie aux envies de ses clients.
Sa mission : faire de leur intérieur un lieu unique, à leur image. Un cadre de vie raffiné.

A la différence de l'architecte qui intervient sur la structure, les volumes ou la conception, le décorateur d'intérieur apporte la touche finale pour créer l'ambiance : les revêtements, le mobiliers, les rideaux, les matériaux, les couleurs, les lumières .... Créatif et cultivé, le décorateur puise son inspiration dans le monde qui l'entoure. Et compose pour ses clients une décoration qui leur ressemble.


Même s’il n’existe pas de formation obligatoire, le décorateur d’intérieur doit allier connaissances artistiques et compétences techniques.

5/ Designer

Travaillant en indépendant ou au sein d'un bureau de design, avec son ordinateur ou sa planche à dessin, le designer est chargé de concevoir des meubles.
Couleurs, matière, taille, forme… il conçoit le produit dans sa totalité et en réalise des maquettes (aujourd'hui souvent en 3D) pour les présenter aux clients. 

Bibliothèques, dressings, tables, beaucoup de meubles peuvent être conçus et fabriqués par les designers.


Souvent, designers, décorateurs & architectes travaillent main dans la main, au sein de cabinets, afin de proposer à leur client toutes les prestations possible.

Avez-vous trouvé votre réponse?